Samedi 20 avril 2024
Traitement de choc
Un programme à haut voltage par le Quatuor David Oistrakh
Beethoven - Chostakovitch - Schubert

Le violoniste David Oistrakh, dit le Roi David, avait pour particularité de concilier un son tout en rondeurs et une expressivité toute en angles. Sous le label Praga Digitals fondé par le regretté Pierre-Emile Barbier, le quatuor à cordes qui porte son nom prend la suite du Quatuor Prazak, connu pour son énergie et sa culture de l’opulence sonore. Mais il ne s’arrête pas à ces références. Au jeu des comparaisons, on peut aussi le rapprocher de l’historique Quatuor Borodine, ainsi qu’en témoigne dans ce programme en trois volets l’extraordinaire énergie qu’il met au service du 3ème Quatuor de Chostakovitch, chef-d’œuvre de souffrance décantée datant de l’immédiat après-guerre. Autour de ce brûlot mettant en valeur les quatre instrumentistes à égalité, le reste du programme a du mal à trouver sa place. Cela commence par le 4ème des six Quatuors op. 18 de Beethoven, celui que l’intraitable Ludwig qualifia d’ « ordure » parce que le public l’aimait plus que les autres, auquel les Oistrakh infligent un traitement que l’on pourrait qualifier d’électrochoc, et se termine par un non moins douloureux Quartettsatz de Schubert, le tout couronné par un Caprice n°24 de Paganini arrangé pour quatuor par Fedor Belugin, l’altiste de la formation. Partout dans ce programme à la large palette, les amateurs d’émotions fortes trouveront leur compte.
François Lafon

Ludwig van Beethoven : Quatuor op. 18 n°4 - Dmitri Chostakovitch : Quatuor n°3 op. 73 - Franz Schubert : Quatuor n° 12 Quartettsatz - Niccolo Paganini : Caprice n° 24
Quatuor David Oistrakh
1 CD Praga Digitals PRD 250 426
58 min

mis en ligne le mardi 14 mars 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.