Samedi 15 juin 2024
Un Bach pour aujourd'hui
Max Lilja plonge les Suites pour cello dans un monde électronique
Six Shades of Bach

Aujourd’hui on n’expose plus, on immerge. 150 ans de l’impressionnisme au Musée d’Orsay, En amour à la Cité de la Musique à Paris, installations immersives au Festival de Cannes 2024, De Vermeer à Van Gogh à Bordeaux, Cité immersive viking à Rouen…. La réalité virtuelle nous rattrape. Et la musique ? Ces Six nuances de Bach sont le résultat d’une immersion sonore réalisée par le violoncelliste finlandais Max Lilja, l’un des fondateurs en 1993 d’Apocalyptica, groupe de violoncellistes et d’un batteur, dont le répertoire est consacré au heavy metal (!). Max Lilja, de formation classique, joue les Six suites pour violoncelle de Bach, parfois arrangées par ses soins, mais surtout baignées d’un environnement sonore électronique, histoire de montrer que trois siècles après leur composition, ces Suites s’inscrivent dans le monde d’aujourd’hui. « L’accompagnement » est parfois discret (petits beuglements dans la Suite 1), parfois très présent (bourdonnement continu dans la Suite 6), avec des pizzicatos insistants (Suite 4), ou des grincements aléatoires (Suite 3)…. Un titre attribué à chaque Suite marque une étape de la vie de Bach : Köthen, Maria, Anna Magdalena, Mort, Eternité. Evidemment, on ne peut pas se laisser aller à goûter cet enregistrement comme on le fait d’ordinaire, des hoquets ou des grognements rappellent périodiquement qu’il s’agit d’une interprétation expérimentale. Elle est troublante, dérangeante, mais vaut la peine d’être écoutée.
Gérard Pangon

Suites pour violoncelle BWV 1007 à 1012, arrangées et enrobées par Max Lilja
Max Lilja (violoncelle et monde sonore)
1 CD Pentatone PTC 5187 204
1 h 21 min

mis en ligne le jeudi 23 mai 2024

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.