Jeudi 30 mai 2024
PH ou le retour de l’Alchimiste

D’après une série d’entretiens avec la journaliste Anne Rey (cofondatrice du mensuel Le Monde de la Musique et auteur, entre autres, d’un ouvrage sur Satie), l’origine du Journal de mes sons de Pierre Henry remonte à 1978, avant de muter et de se transformer – selon un principe cher au musicien  ! – en créations radiophoniques avec les voix d’Ingrid Caven pour l’Allemagne (WDR) et Florence Delay en France (France Culture). À une première édition (Séguier, 1996), succéda une seconde huit ans plus tard (Actes Sud), avant celle-ci enrichie d’une traduction en anglais (Christine North et John Dack) et d’un précieux code internet d’accès à la version intégrale audio. Il n’y a pas meilleure introduction à la pensée de ce démiurge du XXème siècle, authentique expérimentateur multimédia qui associe cinéma, radio, danse, concert, opéra, arts plastiques… À la fois manifeste, biographie intime et déclarations tous azimuts, ce texte essentiel charrie son flot d’images, sa poétique. À mi-parcours, Pierre Henry définit : « un vocabulaire de gestes dans la projection d’un théâtre concret outrancier, cruel, proche d’Antonin Artaud. Le théâtre des tensions et des relâchements, des brisures et des éclats. La musique telle que je la conçois recèle toute une chorégraphie implicite. Elle est dramaturgie de sons ».          
Franck Mallet
 

Pierre Henry : Journal de mes sons
Florence Delay (voix), Pierre Henry (électroacoustique)
1 Livre, 54 p. (+ code téléchargement) Maison ONA (dist. Les presses du réel) 24€
1 h 4 min.

mis en ligne le mardi 31 octobre 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.