Dimanche 25 février 2024
Galop d'essai
Un jeune Brahms pour jeune orchestre. Concluant !
Sérénades

Longtemps, Brahms ne se crut pas doué pour le genre symphonique. Mais s’il mit plus de vingt ans à accoucher de sa 1ère Symphonie (1876), on oublie trop souvent ces deux Sérénades respectivement composées en 1858 et 1859 et contemporaines de son 1er Concerto pour piano et orchestre. C’est probablement que la sérénade relève d’un esprit galant hérité des classiques, bien loin des brumes de l’Allemagne du nord et de l’image austère laissée par le compositeur des futures « Berceuses de ma douleur ». Elles représentent cependant un bon galop d’essai pour le premier enregistrement en tant que chef du jeune et brillant Victor Julien-Laferrière, connu jusqu’ici comme un des meilleurs violoncellistes de sa génération, et qui se lance ici avec l’Orchestre Consuelo qu’il a fondé en 2019, en référence à la chanteuse bohémienne du roman de George Sand.  Un beau travail sur les couleurs et les atmosphères, une fine compréhension des brumes (les voilà !) qui passent (superbe Adagio non troppo de la 1ère Sérénade) sur les charmants paysages évoqués y compensent quelques passages à vide, que des chefs expérimentés tel Bernard Haitink n’ont pas non plus évité. Une belle occasion de découvrir ces œuvres délaissées, en tout cas.
François Lafon

Sérénades n° 1 en ré majeur op. 17 et n° 2 en la majeur , op. 16
Orchestre Consuelo
Direction musicale : Victor Julien-Laferrière
1 CD Mirare MIR 660
1 h 17 min

mis en ligne le jeudi 2 février 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.