Samedi 15 juin 2024
Freudienne princesse
Puccini - Stravinsky, (presque) même combat
Turandot

Sur la couverture, « un œil noir te regarde », et pourtant ce n’est pas Carmen mais Turandot que Warner a choisi, après Aida en 2015, pour deuxième volume de cette denrée devenue rare de nos jours : une intégrale d’opéra enregistrée en studio. Mêmes têtes d’affiche, avec Jonas Kaufmann en héros de la fête et Antonio Pappano au pupitre de l’Accademia di Santa Cecilia de Rome, lointain écho des intégrales Decca des années microsillons. Attrait supplémentaire pour le mélomane averti : l’ouvrage laissé inachevé par Puccini est donné avec le finale complet dû à Franco Alfano, là où les autres enregistrements se contentent du « finale Toscanini », version abrégée du travail d’Alfano que l’illustre maestro et créateur de l’œuvre n’appréciait pas. Autre attrait pour l’amateur de grandes voix : la soprano canadienne Sondra Radvanovsky dans le rôle-titre, adulée sur les grandes scènes mais peu enregistrée. Choc dès les premières scènes : Pappano atteint les mêmes sommets que Zubin Mehta, seul jusqu’ici au disque (même Karajan…) à ne pas traiter l’ouvrage en pompeuse chinoiserie, mais à faire apparaître l’influence sur Puccini des novateurs de son temps (1924), Stravinsky en tête. Dans ce cadre à la fois violent et raffiné, Radvanovsky se place en héritière de Maria Callas, privilégiant la nuance sans abdiquer la puissance, conférant à la « Princesse de glace » une humanité et une complexité rappelant que l’époque était aussi celle de Freud. Avec un timbre plus barytonant que jamais, Kaufmann lui donne la réplique dans le même esprit, antithèse du solaire Pavarotti dont le "Nessun dorma" a fait le tour du monde. Avec eux, le susnommé finale (que l’on connaissait, entre autres, avec Josephine Barstow dirigée par John Mauceri -  Decca) devient une véritable séance de psychanalyse. Le reste du plateau est à la hauteur : Liu aux beaux aigus d’Ermonela Jaho, Timour stylé de Michele Pertusi, Altoum guest star de Michael Spyres, excellent trio de ministres plus sadiques que nature. Prise de son superlative, ajoutant à l’impression de puzzle génial qui fait l’originalité de l'oeuvre.
François Lafon

Turandot
Sondra Radvanovsky (Turandot) Jonas Kaufmann (Calaf), Ermonela Jaho (Liu), Michele Pertusi (Timur), Michael Spyres (Altoum), Mattia Olivieri (Ping), Gregory Bonfatti (Pang), Siyabonga Maqungo (Pong), Michael Modifian (un Mandarin)
Orchestre et Choeur de l'Accademia Nazionale di Santa Cecilia - Roma
Direction musicale : Antonio Pappano
2 CD Warner Classics 5054197406591
2 h 01 min

mis en ligne le vendredi 10 mars 2023

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.