Mercredi 22 novembre 2017
Schifrin et Ginastera mènent la danse
Nuit argentine à Los Angelès avec Gustavo Dudamel
Tango Under The Stars

Toujours aussi magique, le légendaire Hollywood Bowl de Los Angeles accueille à la belle saison le Philharmonique de Los Angeles. Devant 18 000 spectateurs (!) répartis dans le plus grand amphithéâtre naturel des Etats-Unis, Gustavo Dudamel dirige un programme symphonique de musiques argentines à la tête de sa formation. D’origine vénézuélienne, le chef a d’ores et déjà réussi le pari, bien engagé par son prédécesseur Esa-Pekka Salonen, d’enrichir le répertoire de son orchestre avec les partitions du cinéma hollywoodien et de l’Amérique du Sud. Cette « Nuit argentine », ou « Tango sous les étoiles » pour reprendre le titre du DVD, s’ouvre sur Tangazo, l’un des plus célèbres tangos d’Astor Piazzolla, créé en 1970 et dont on savoure les tonalités en demi-teintes et le rythme léger d’origine populaire, hérités de l’enseignement néo-classique de Nadia Boulanger – dont il fut peut-être l’élève le plus connu. Quatre autres de ses tangos (La muerte del angel, Adios Nonino, Oblivion, Libertango) viennent en conclusion de ce concert, avec le soutien du bandonéoniste Seth Asarnow et de la compagnie de danseurs Tango Buenos Aires. Si le style de Piazzolla paraît bien sage (trop ?) avec de tels interprètes, la Philharmonie de Los Angeles est à apprécier dans les brillantissimes Quatre Danses extraites du ballet Estancia (1942) d’Alberto Ginastera, autre élève de Boulanger. On peut d’ailleurs imaginer que ni Copland ni le jeune Bernstein, avec leur danses si explosives, et encore moins les musiciens du cinéma épique d’Hollywood, ne pouvaient ignorer le style roboratif de cet illustre compositeur sud-américain. Autre monstre sacré de la musique latine, du jazz, du grand et du petit écran, Lalo Schifrin est l’auteur d’une œuvre destinée au concert, comme ce Concerto pour guitare n° 2, en trois mouvements, créé ici par son dédicataire le guitariste Angel Romero, en 2016. Une partition inspirée, riche et sensible (« Une injection au cœur ! » selon le compositeur, interviewé en bonus), magnifiée par ses interprètes. 
Franck Mallet

Piazzolla : Tangazo ; La muerte del angel ; Adios Nonino ; Oblivion ; Libertango - Schifrin : Concerto pour guitare n° 2 (première mondiale) - Ginastera : Quatre Danses extraites du ballet Estancia
Angel Romero (guitare), Seth Asarnow (bandonéon)
Los Angeles Philharmonic, Tango Buenos Aires
Direction musicale : Gustavo Dudamel
Réalisation : Michael Beyer
1 DVD CMajor 739608
1 h 23 min (+ Bonus 19 min.)

mis en ligne le mardi 12 septembre 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.