Lundi 01 septembre 2014
Splendeur géométrique
Pierre-Laurent Aimard met à nu le Clavier de Bach
presque idéal



The Well-Tempered Clavier I

Pierre-Laurent Aimard avait débuté chez DG avec un Art de la fugue surprenant de souplesse et de sens du détail. Il revient vers Bach pour s’attaquer à un monument encore plus imposant, si c’est possible. Monumental, ce Clavier bien tempéré ? Même si les deux œuvres ne peuvent pas être comparées, cette interprétation du premier livre affiche les mêmes qualités que celle de l’Art de la fugue. Pas du genre à se servir d’un texte pour se mettre en valeur en le bousculant, Aimard ne fait pas exception ici : la pédale est oubliée, les tempos sont d’une régularité totale, la dynamique parfaitement contrôlée. D’une perfection géométrique, cette version affiche une maîtrise irréprochable : la progression de chaque fugue est parfaitement dessinée, le contraste entre les préludes lents et les rapides bien marqué, chaque voix est parfaitement posée sans qu’une note ne soit négligée. Et pourtant cette lecture sereinement objective est plus intimidante qu’intime, plus destinée à être appréciée de l’extérieur qu’à être sentie de l’intérieur. Ce Clavier totalement dépouillé, mis à nu, peut-être trop froid pour certains, mérite bien que l’on aille jusqu’au bout de la dernière fugue, pour peu que l’on ne se laisse pas intimider par tant de grandeur. 
Pablo Galonce


Jean-Sébastien Bach
Le Clavier bien tempéré livre I
Pierre-Laurent Aimard (piano)
2 CD Deutsche Grammophon 479 2784
1 h 52 min

mis en ligne le lundi 01 septembre 2014

Bookmark and Share


 
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail

Concerts & dépendances
Rameau et ses contemporains à La Chaise
Le cabinet de curiosités
Paavo Järvi, les raisons d’une démission
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.