Mercredi 06 mai 2015
Une Représentation spectaculaire
René Jacobs donne de la vie à l'âme et au corps de Cavalieri
bonheur assuré



Rappresentatione di Anima & di Corpo

Faut-il être savant pour comprendre ce qu’est le Spectacle de l’Âme et du Corps  de Cavalieri (1600) ? Grâce à René Jacobs, et contrairement à nombre d’interprétations précédentes : non. Il fait de cette Rappresentatione d’avant l’opéra une œuvre-polyforme, qui contient en elle tous les ingrédients de l’opéra et bien plus encore. Et, ce qui n’est pas le moins enthousiasmant de cette production, nous voilà en position d’apprécier naturellement comment les genres que nous connaissons aujourd’hui ont privilégié certaines techniques, en ont délaissé d’autres, sans pourtant y renoncer toujours, rarement toutes entremêlées comme les organise un Cavalieri interprété, improvisé même, par Jacobs ; comme s’il nous était permis d’apprécier les frises du Parthénon non pas telles qu’elles nous sont parvenues, mais comme elle pourraient avoir été à l’origine, dans leur débauche de couleurs, dans une dimension charnelle mais aussi spirituelle que l’on trouverait tant dans nos salles « classiques » que dans nos rues. La Rappresentatione de Jacobs est d’une vitalité entraînante, d’une jouissance sans faille, clairement compréhensible grâce à des affects sans ambiguités et une diction qui soigne la magie aux milles facettes du verbe, une œuvre dont la profusion étonne sans cesse.
Albéric Lagier 


Rappresentatione di Anima & di Corpo
Marie-Claude Chappuis (Anima), 
Johannes Weisser (Corpo), 
Gyula Orendt (Tempo & Consiglio
), Mark Milhofer (Intelletto & Piacere
), Marcos Fink, (Mondo, Secondo Compagno di Piacere, Anima dannata
)
Staatsopernchor Berlin
, Concerto Vocale
, Akademie für Alte Musik Berlin

Direction musicale : René Jacobs
2 CD Harmonia Mundi HMC 902200
1 h 33 min

mis en ligne le mercredi 06 mai 2015

Bookmark and Share


 
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail

Concerts & dépendances
Un Macbeth à marquer d’une pierre blanche
Le cabinet de curiosités
Bach de retour à Leipzig : l’ironie d’une icône
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.