Samedi 28 mars 2015
Couleurs locales
Félicien David reprend vie avec Laurence Equilbey
presque idéal



Le Désert

La carrière de Félicien David (1810-1976), natif du Vaucluse, débute sous de bons auspices. Il compose un quatuor à cordes à l’âge de treize ans, et après une année au Conservatoire de Paris (1830-1831) devient le compositeur officiel de la communauté saint-simonienne. Avec quelques autres apôtres, il s’embarque en 1833 pour un voyage en Orient, regagnant Paris en 1835 non sans rapporter de ses pérégrinations - Constantinople, Smyrne, Egypte - des visions colorées qu’il traduira dans ses œuvres. La plus célèbre, de son vivant comme aujourd’hui, est l’oratorio (ou ode-symphonie) Le Désert, créé triomphalement sous sa direction en décembre 1844 et que Berlioz, enthousiasmé, dirigera à son tour deux mois pus tard. Le Désert ouvre toutes grandes à Félicien David de nombreuses portes, mais malgré d’autres succès, il restera l’homme d’une seule partition. Le Désert, ouvrage plus contemplatif que dramatique, se divise en trois parties ou plutôt tableaux, illustrant respectivement la marche d’une caravane, une halte nocturne dans une oasis et un lever du jour. Cela en onze numéros plus ou moins teintés d’orientalismes, avec notamment un hymne à la nuit (n°4), une fantaisie arabe purement instrumentale (n°5) et un chant du muezzin (n°9). Le poème est d’un certain Auguste Colin, et il est fait ou non appel à un récitant (ici deux CD, un sans et un avec). Fondateur de l’orientalisme en musique, sans pour autant toujours avoir recours à des sources authentiques, Félicien David était un remarquable coloriste, sachant bien donner vie aux paysages dépeints.
Marc Vignal


Cyrille Dubois et Zachary Wilder (ténors), Jean-Marie Winling (récitant)
Chœur de chambre Accentus, Orchestre de chambre de Paris
Direction musicale : Laurence Equilbey
2 CD Naïve V 5405
45 min (sans récitant), 50 min (avec récitant)

mis en ligne le samedi 28 mars 2015

Bookmark and Share


 
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail

Concerts & dépendances
Andrei Korobeinikov, nerfs et tête
Le cabinet de curiosités
L’Opéra Comique face sombre
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.