Vendredi 24 octobre 2014
Fantaisie de chambre
Leif Ove Andnes, de la tranquillité à l'aventure
presque idéal



Le même, pas pareil
Fantaisie solennelle
Otto Klemperer dirige Daniel Barenboïm

The Beethoven Journey – Piano Concerto n°5 – Choral Fantasy

Dernière étape du voyage Beethoven de Leif Ove Andsnes, avec deux morceaux de choix : L’Empereur et la Fantaisie chorale. Musicien discret, souvent intérieur, le pianiste norvégien montre dans le Cinquième concerto qu’il n’aime pas les itinéraires aventureux : il donne l’impression de courir après la tradition, d’avoir oublié toutes les inventions musicales – et pas seulement baroqueuses – qui ont influencé l’interprétation depuis les années soixante-dix, de ne pas s’approprier ce concerto pour en donner sa vision. Mais peut-être le cumul des rôles de soliste et de chef dans une œuvre de cette envergure est-il un défi trop grand. En tout cas, sa version n’a ni la fougue, ni l’impétuosité, ni les élans qui font de ce concerto l’un des plus beaux qui soient. A sa décharge, la prise de son n’arrange rien : elle manque d’ampleur, elle étouffe tout, elle ratatine la musique. Changement total avec la Fantaisie chorale : dans cette sonate-concerto-oratorio, considérée parfois comme une esquisse du final de la Neuvième Symphonie, Leif Ove Andsnes est à l’aise, gomme tout ce qui pourrait lui donner un côté solennel pour s’attacher à en faire une « fantaisie de chambre ». Et la prise de son crée, cette fois-ci, un équilibre original en mettant en valeur le piano et les voix, ce qui permet de goûter aux timbres étonnants des chanteurs.
Gérard Pangon


Ludwig van Beethoven
Concerto pour piano n°5 « L’Empereur » ; Fantaise pour piano, chœur et orchestre « Fantaisie chorale »
Leif Ove Andsnes (piano)
Mahler Chamber Orchestra, The Prague Philharmonic Choir
Direction musicale : Leif Ove Andsnes
1 CD Sony Classical 8884 3058862
57 min

mis en ligne le vendredi 24 octobre 2014

Bookmark and Share


 
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail

Concerts & dépendances
Richard Strauss, best of
Le cabinet de curiosités
Une somme en miroir
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.