Lundi 18 juin 2018
Au-dessus du précipice
Le troublant testament musical de Dmitri Hvorostovsky
Rigoletto

En 2016, atteint par la tumeur au cerveau qui allait l’emporter, le baryton Dmitri Hvorostovsky - star mondiale et icône en Russie où il a toujours résidé - enregistre à Kaunas (Lituanie) son rôle fétiche : Rigoletto de Verdi. Un legs artistique destiné - pour ne pas dire réservé - à ses nombreux fans. Autour de lui, un plateau international mais sans prestige particulier, dirigé d’une main sûre par Constantin Orbelian, chef américain connu en Russie où il fait carrière : belle voix sans nuances ni style du ténor Francesco Demuro, vocalises précises mais expression limitée de Nadine Sierra (vue à Paris et aux Chorégies d’Orange en Gilda), seconds rôles de bon niveau mais peu mémorables. Au recto et au verso de la pochette : photos dissuasives de Hvorostovsky dans le rôle-titre, comme pour préparer l’auditeur à l’épreuve qui l’attend. Et pourtant, ce Rigoletto au timbre abimé, au souffle problématique est dix fois plus émouvant qu’il ne l’était au temps de sa splendeur vocale. Fascination pour le funambule au-dessus du précipice ? Certainement. Mais il ne restera pas de lui que la belle voix lisse et le charme slave qui ont fait son succès. 
François Lafon

Rigoletto
Dmitri Hvorostovsky (Rigoletto), Nadine Sierra (Gilda), Francesco Demuro (Le Duc), Oksana Volkova (Maddalena), Andrea Mastroni (Sparafucile), Kostas Smoriginas (Monterone)
Choeur d'Etat et Orchestre Symphonique de Kaunas
Direction musicale : Constantin Orbelian
2 CD Delos DE 3522
2 h 07 min

mis en ligne le vendredi 16 février 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.