Mercredi 28 juin 2017
Praetorius et Praetorii
Pablo Heras-Casado déterre des chefs d’œuvre
Praetorius - Pablo Heras-Casado

Et non ! Michel Praetorius (1571-1621), le saxon, n’est pas seul des Praetorii à avoir fait carrière dans la musique. Il y avait une dynastie homonyme à Hambourg, formée de Jacob l’Ancien (1520-1586) organiste dont on ne sait quasi rien, Hieronymus (1560-1629), compositeur et organiste lui aussi, et Jacob le Jeune (1586-1651), compositeur et organiste comme papa, et dont l’un des mérites est d’avoir formé l’un des organistes majeurs de la région : Matthias Weckmann. Les deux familles se connaissaient et étaient unies par un goût commun pour le style polychoral de l’école vénitienne. Leurs motets ressemblent à s’y méprendre à certains de Monteverdi. Le choix fait par Pablo Heras-Casado de sélectionner des motets sensuels et lumineux, empreints de joie de vivre, accuse les ressemblances entre les trois. C’est à se demander si l’ombre dans laquelle restent le deux Hambourgeois n’est pas due seulement à la production prolifique du Saxon : le Tota Pulchra Es de Hieronymus et le Quam Pulchra Es de Jacob en sont des preuves. La prise de son sans réverbération, la précision des phrasés et la belle diction des chœurs, l’intervention de l’Ensemble Balthasar-Neumann, mettent en valeur la subtilité de ces œuvres chorales, et mettent à mal la théorie de la musique sacrée dans des lieux de culte. Une séduisante découverte.
Albéric Lagier

Hieronymus, Michel et Jacob Praetorius, 11 Motets et Magnificats
Balthasar-Neumann-Ensemble, Balthasar-Neumann-Chor
Direction musicale : Pablo Heras-Casado
1 CD Archiv Produktion 479 4522
1 h 11 min

mis en ligne le vendredi 17 juillet 2015

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.