Mercredi 22 novembre 2017
Mass(ive) Coronation
Une déception aussi grande que les attentes
Mozart - Coronation Mass

Nouvelle star de la nouvelle Seine musicale, l’œuf philarmonique posé sur l‘Ile Seguin au voisinage de Paris, Laurence Equilbey a enregistré cette bien connue Messe du Couronnement de Mozart - qui aurait pu être aussi le sien, à la Seine, mais non  : il s'agit de celui de la Sainte Vierge - dans une église moins connue de tous, Notre-Dame de Saint-Omer. Question de lieu et/ou de prise de son, les voix solistes, celle de Sandrine Piau en tête d’affiche, portent seules cette Coronation Mass très massive, couplée, c’est commun, avec les Vêpres solennelles pour un confesseur. L’orchestre et les chœurs sortent des enceintes à la fois plats et confus, parcourus de tempos brusques et de couleurs rugueuses, comme s’il fallait faire dans la puissance supposée, éviter l’endormissement à coups de cymbales clinquantes, et dans une originalité frappée au sceau « équilbeyen » – mettre de l’opéra partout, ici, Les Noces de Figaro. Les chœurs sont victimes de ce même syndrome mixte, de précipitation – aplatissement – viva l’opera. Grande déception, près un Requiem (voir ici) des plus réussis.
Albéric Lagier

Messe pour le couronnement en Ut majeur K 317 ; Vêpres solennelles pour un confesseur K 339
Sandrine Piau (soprano), Renata Pokupic (alto), Benjamin Bruns (ténor), Andreas Wolf (basse)
Accentus, Insula orchestra
Direction musicale : Laurence Equilbey
1 CD Erato
52 min

mis en ligne le mardi 11 juillet 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.