Mercredi 22 novembre 2017
Des sonates sans fougue
Un Scarlatti déconcertant par la harpiste Adeline de Preissac
Vivi Felice - les sonates de Domenico Scarlatti

La mode étant à la transcription d’œuvres, interpréter Domenico Scarlatti à la harpe est tentant : elle et le clavecin (ou le piano) ont tous deux des cordes ! Peu d’interprètes se risquent à la transposition de l’un à l’autre. Adeline de Preissac a cette audace, mais avec retenue, et voulant faire oublier le clavecin se rapproche de la guitare, et parfois de la boîte à musique, sans trouver à imposer les ressources propres à la harpe. Son jeu, qui ne lésine pas sur des réverbérations harmoniques peu hispaniques fait perdre aux Sonates de Scarlatti leur dynamisme, leur faconde (Vivi Felice, « sois heureux »  écrivait Scarlatti à la fin de certaines de ses sonates), et cette articulation de phrasé qui font toute la difficulté et aussi l’élégance de ces pièces racées -  la « marque » de Scarlatti. Lenteurs évanescentes, piqués secs, le jeu d’Adeline de Preissac déconcerte sans convaincre. Par les mystères des modes et des programmations, le génie propre de la harpe dans les sonates de Scarlatti reste encore à démontrer au CD. 
Albéric Lagier

Sonates K 232, 148, 209, 466, 239, 213, 212, 302, 25, 434 et 201
Adeline de Preissac (harpe)
1 CD La Simplesse
50 min

mis en ligne le dimanche 3 septembre 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.